Refus d'incarnation

Le refus d’incarnation : Comment en sortir ?

Avant de répondre à cette question, demandons-nous :

Qu’est-ce que le « refus d’incarnation » et comment il se manifeste ?

Le refus d’incarnation, c’est une part rebelle du moi qui ne plonge pas tout à fait dans le vivant.

Il se manifeste par des pensées du type : « Je ne suis pas de ce monde », « je n’ai pas ma place sur cette terre », « je me vis trop différent que pour créer »,…

Cette donnée énergétique a un impact énorme sur la vie de la personne, puisqu’une part d’elle refuse d’être
là et donc d’agir, de jouer avec la matière
. Tant que cette part n’est pas profondément rencontrée de l’intérieur, la personne rejoue sans cesse le même scénario, très souvent de manière complètement inconsciente !

Mais la vie répond à sa demande inconsciente que cette vie n’est pas faite pour lui, qu’il n’est pas adapté…
je crée ce que je crois, la vibration répond à la vibration émise.

Quelle est l’origine du « refus d’incarnation » ?

Les origines sont à voir au niveau de l’âme, au tout début d’incarnation. Voir l’impact au niveau de la
conception, du vécu de grossesse et du début de vie ; la plupart des croyances créées autour de ce refus
trouvent leur genèse très tôt chez la personne.

Ces croyances peuvent être de l’ordre, « on ne voulait pas de moi », « on attend de moi que je sois parfait,
donc je me rebelle », « je ne suis pas adapté à cette famille, je suis trop différent »… Toutes sortes de
limitations qui ont un impact sur comment je me vis dans ce monde.

Quelles sont les conséquences possibles du « refus d’incarnation » ?

Cet impact peut avoir une incidence considérable durant de nombreuses années.

Par exemple, je ne parviens pas à créer une vie professionnelle satisfaisante, un couple, à acheter une
maison, ou tout autre. Ca parle de ce rapport à la matière, à l’altérité ; je me vis en opposition, je nourris la
croyance que c’est compliqué, que la matière est dure, lourde… et donc j’active ceci sur terre.

Quand la crise actuelle est un révélateur de ce « refus d’incarnation »

Depuis la période COVID, ceci est venu très fort se marquer chez de nombreuses personnes ; je ne veux
plus de ce monde de cette manière. D’un point de départ qui est juste, de nombreuses personnes créent des
histoires où elles se vivent en opposition permanente et mettent énormément d’énergie ‘contre’.

Dans tout processus ascensionnel, on va plutôt aller dans le OUI ! Un oui, vrai, vers ce que je souhaite créer et activer. Un oui qui part du profond de l’être pour ouvrir aux autres et à la matière. Comment dépasser ces blocages ?

Comment se libérer du « refus d’incarnation » pour dire un vrai OUI à la vie ?

Un travail énergétique qui permet de débusquer la croyance ou limitation de fond est nécessaire pour
pouvoir Voir et Lâcher. C’est comme de s’observer fonctionner, de voir ma manière de jouer pour la
transcender et jouer un jeu plus amusant.

C’est ce qui se fait dans les journées et week-ends de Magie du Vivant, avec les adultes.
Lors de la session du 12 et 13 mars à Namur, nous allons particulièrement aller pointer vers les énergies
figées du début de vie… pour pouvoir dire un grand OUI au vivant !

Pour les petits enfants, ce sont des séances de messages de bébés/enfants qui permettent d’aller recréer du
mouvement.

Categories:

This is a success preview text.

This is a error preview text.